Tribulus : Méfiez-vous des promesses trop alléchantes‏


La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être. Pour vous inscrire, rendez-vous ici.

Pour ne plus recevoir nos messages, rendez-vous ici.

Tribulus : Méfiez-vous de promesses trop alléchantes
Chère lectrice, cher lecteur,

Cette semaine, j’aimerais vous mettre en garde contre le tribulus, un complément réputé pour améliorer les performances sexuelles et sportives. Le tribulus est un des grands classiques des compléments alimentaires – vous en trouverez partout. Pourtant, aucune étude n’a observé les effets miraculeux qui lui sont attribués.

Voici la petite histoire du tribulus :

Tout commence à la chute du Rideau de fer
Les Bulgares ont toujours eu une passion pour l’haltérophilie. En 1988, les haltérophiles bulgares raflèrent 6 médailles – dont 4 d’or – aux Jeux Olympiques de Séoul.

La presse occidentale s’empressa d’interroger les héros nationaux pour comprendre comment ils avaient pu réaliser un tel exploit. Ceux-ci révélèrent leur secret : ils prenaient du tribulus bulgare, une plante qui améliore considérablement la performance, en augmentant leurs niveaux d’hormones (testostérone, DHEA…) [1].

Il n’en fallait pas plus pour que le tribulus devienne la star des compléments alimentaires dans les années 90. Il est consommé à la fois par les bodybuilders pour ressembler à Schwarzenegger, et par les hommes en quête de performance sexuelle. Tous cherchent constamment à augmenter leur taux de testostérone.

Certains estiment même que le succès du tribulus a grandement contribué au développement du marché des compléments alimentaires, en particulier pour la musculation [1].

L’origine du Tribulus Terrestris
Traditionnellement, les guérisseurs d’Inde, de Chine, du Japon et de Corée recommandent le tribulus pour traiter les dysfonctions sexuelles et l’infertilité [2].

Le tribulus est également cultivé en Afrique saharienne, dans le sud de l’Europe et dans les régions chaudes d’Amérique. C’est une plante vivace à fleurs jaunes qui recherche la chaleur et la sécheresse. Il existe différentes espèces, mais la plus commune est le Tribulus Terrestris.

Le tribulus est recherché pour ses fruits. Ceux-ci sont petits et verts avec des épines épaisses en forme de croix de Malte. On attribue à ses racines des propriétés pour la sexualité [3].

Une étude menée en 1985 par une équipe bulgare est souvent citée en exemple afin de prouver l’efficacité du tribulus pour augmenter la testostérone [2]. L’équipe du Dr Milanov avait donné à 8 hommes et 8 femmes, 3 doses de 250 mg d’extrait de Tribulus Terrestris par jour. Les sujets qui avaient au départ un taux de testostérone inférieur à la moyenne, parvenaient à un taux normal à la fin de l’étude. En revanche, chez ceux qui avaient déjà un niveau de testostérone dans la moyenne, aucune variation n’a été observée [4].

Le problème, c’est que ces conclusions, déjà peu significatives, ne sont de toute façon pas recevables, car l’étude ne respecte pas les standards modernes : essai clinique sur une population vaste, en double aveugle, vérifié contre placebo.

Et surtout, de nouvelles études sur le tribulus ont été menées depuis les années 2000.

Etudes modernes non-concluantes
En 2005, un groupe d’hommes jeunes a reçu du tribulus contre placebo. Aucune différence significative ne fut observée dans leur production d’hormones androgènes, c’est-à-dire toutes les hormones qui renforcent les traits masculins, la musculature – comme la testostérone [5].

Une étude menée en 2007 sur des rugbymen professionnels démontra que le tribulus n’a pas d’impact sur le taux de testostérone mesuré dans les urines. Aucun gain de masse musculaire ou de force ne fut observé par rapport au groupe placebo [6].

Une étude menée en 2008 n’observa aucune augmentation de la testostérone après un traitement en tribulus [7].

L’amélioration réelle des performances sexuelles n’a été confirmée que chez les rats et les lapins [3].

Chez les hommes qui ont particulièrement peu de spermatozoïdes (oligozoospermie), on a observé un résultat légèrement meilleur sur la sexualité qu’un placebo [8]. Aucune amélioration n’a été observée chez les hommes en bonne santé.

Une synthèse de toutes les études menées sur le tribulus vient de paraître au mois de mars 2014. Les conclusions sont sans appel :

« Les études sérieuses montrent que le Tribulus Terrestris n'est pas efficace pour augmenter les taux de testostérone chez les humains. Cela signifie que les arguments marketing des fabricants de tribulus sont des allégations infondées. » [9]

Globalement, le tribulus semble être un peu efficace chez les patients en déficit. Et chez les individus en bonne santé, aucune augmentation de la testostérone, ni autre effet escompté, n’a été observée.

Rien à voir avec les effets spectaculaires promis par les vendeurs de tribulus et les athlètes bulgares.

Certains expliquent que les produits à base de tribulus réputés efficaces tiennent leurs effets réels des autres substances adjointes au complexe. Ce serait notamment le cas pour les produits de performance sexuelle qui, sous le nom de tribulus, reposeraient en réalité sur l’efficacité de boosters de libido [4].

Si le tribulus est inefficace, ou, au mieux, un placebo, comment l’équipe d’haltérophilie bulgare a-t-elle réalisé son exploit en 1988 ?

Une sombre histoire de dopage
Il y a un détail que les grands consommateurs de tribulus ont peut-être oublié :

En 1988, l’équipe bulgare d’haltérophilie fut contrainte de quitter les Jeux Olympiques de Séoul avant la fin. La Bulgarie se vit retirer deux de ses quatre médailles d’or en haltérophilie dans un scandale de dopage. Inutile de préciser que ce n’était pas à cause du tribulus : les haltérophiles prenaient du furosémide pour dissimuler les stéroïdes anabolisants [10].

Alors est-ce que le tribulus était un alibi pour cacher le dopage ?

Si le tribulus avait été le réel secret de la victoire des haltérophiles bulgares, auraient-ils été assez stupides pour le révéler au monde entier ? Je ne pense pas.

Ou alors, était-ce un gigantesque coup de pub pour les fabricants bulgares de produits à base de tribulus ? Si oui, alors c’était bien vu. Les consommateurs y croient encore aujourd’hui.

Faites le tour des magasins de compléments et de bodybuilding. Vous trouverez des tas de produits à base de tribulus. La victoire des Bulgares continue d’être utilisée comme un argument de vente en béton.

Et ce succès n’a pas été démenti par les autres affaires de dopage en Bulgarie. En 2000 et en 2008, lors des Jeux Olympiques de Sidney et de Pékin, les haltérophiles bulgares ont été à nouveau contrôlés positifs [11].

Parlez aujourd’hui à un bodybuilder de tribulus bulgare, vous verrez son visage s’illuminer. La qualité bulgare reste malgré tout un gage d’efficacité en matière d’haltérophilie. Même les études qui ont systématiquement démontré l’inefficacité du tribulus sur la testostérone ne sont pas parvenues à faire changer l’opinion générale.

Pourquoi se fier aux allégations des haltérophiles bulgares sur le tribulus si par ailleurs ceux-ci cherchent continuellement à tricher pour gagner les olympiades ?

Le problème des mélanges douteux
Si le seul tort du tribulus était d’être inefficace pour augmenter la testostérone, passe encore. Les produits sans effet, on en rencontre tous les jours, dans les pharmacies, les supermarchés, les magasins. On gaspille son argent. Soit. Mais c’est sans suite.

Alors qu’avec le tribulus, l’ennui est plus grave.

D’abord, les données sont insuffisantes pour garantir son innocuité à long terme [2].

Ensuite, le tribulus est souvent proposé en mélange, en combinaison avec d’autres substances. Les effets de synergie, potentiellement dangereux, de ces complexes sont mal connus à l’heure actuelle. Et ces effets, eux, sont bien réels ! Il est donc important de prêter attention à la composition.

Il reste que, parmi les différentes espèces de tribulus, certains pensent que le Tribulus Terrestris n’est pas la plus efficace. Et sans doute, en effet, aurait-on à gagner à mener des études sur d’autres types de tribulus, et en particulier sur le Tribulus Alatus, sur lequel se fondent quelques espoirs [1].

En attendant, vous savez à quoi vous en tenir sur l’efficacité du tribulus.

Un rapport du Comité International Olympique a montré que de nombreux compléments alimentaires de performance produits en Europe et aux Etats-Unis contiennent des produits dopants comme la testostérone – ce qui n’est pas précisé sur l’emballage [12]. Les utilisateurs voient donc des effets positifs car les substances actives sont puissantes. Malheureusement, ces produits provoquent également des effets secondaires, comme la toxicité pour le foie.

Sur le fond, notre conviction est que les compléments qui ne sont pas suffisamment sérieux, comme le tribulus, contribuent à la mauvaise réputation générale qui touche tous les compléments – même les meilleurs ! Les mauvais compléments sont le talon d’Achille de la santé naturelle. La brèche dans laquelle ceux qui passent leur temps à la dénigrer peuvent facilement s’embarquer pour nous attaquer. Mais si nous coupons les branches mortes, alors nous permettrons aux branches saines de mieux prospérer. Et cela profitera à tous.

Bien à vous,

Eric Müller

PS : Pour ceux qui s’intéressent au rôle des hormones dans les troubles sexuels, nous pouvons vous recommander les dossiers sur la sexualité féminine et masculine parus dans le mensuel la Lettre du Dr Thierry Hertoghe. Le Dr Hertoghe est un spécialiste mondialement reconnu des médecines anti-âge. Ses dossiers sur la sexualité sont une mine d’information et de solutions concrètes pour soigner naturellement les troubles de la libido.

Les thérapies hormonales ont démontré leur efficacité pour traiter les différents aspects du vieillissement – comme la baisse de la libido. En opérant des changements simples dans votre régime et votre complémentation, vous pouvez obtenir des résultats visibles.

Le plus simple pour vous procurer ces dossiers est de vous abonner à l’essai à la Lettre du Dr Thierry Hertoghe pour un an. Cela vous permet de recevoir gratuitement en cadeau ces deux dossiers sur la sexualité féminine et masculine, au moment de votre inscription.

C’est une formule maligne car vous pouvez à la fois recevoir ces deux dossiers immédiatement avec votre abonnement, et recevoir chaque mois pendant un an les Lettres du Dr Thierry Hertoghe. Dans chacune de ses Lettres, il couvre un problème courant lié au vieillissement prématuré. Il vous offre une approche nouvelle, différente, de chaque problème de santé. C’est une vraie alternative sérieuse face aux traitements conventionnels.

Au fil des mois vous vous constituez une bibliothèque de grande qualité qui contient des informations que vous ne lirez nulle part ailleurs, pour lutter contre le vieillissement prématuré.

Pour recevoir gratuitement les deux dossiers sur la sexualité féminine et masculine en plus de votre abonnement à La Lettre du Dr Thierry Hertoghe, rendez-vous ici.

Avez-vous trouvé ce que vous cherchez ? Partagez cet article SVP

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s