Acide alpha lipoïque : le chaînon manquant pour lutter contre le stress oxydatif


Neo-nutrition : La lettre de la nutritherapie

Acide alpha lipoïque : le chaînon manquant pour lutter contre le stress oxydatif

Chère lectrice, cher lecteur,

Le Professeur Lester Packer, de l’Université de Berkeley en Californie, a participé à la rédaction de plus de 800 publications scientifiques et 100 livres sur l’oxydation, cette réaction chimique qui contribue au vieillissement et à l’apparition de maladies dégénératives.

Lester Packer est aujourd’hui considéré comme le plus grand spécialiste mondial des antioxydants et ses travaux lui ont valu de recevoir de nombreuses distinctions internationales dont celle d’officier de l’Ordre du Mérite National.

Parmi ses découvertes, l’une des plus importantes a été de comprendre comment l’on pouvait mieux lutter contre l’oxydation grâce à l’acide alpha lipoïque (AAL).

L’acide alpha lipoïque est l’un des piégeurs de radicaux libres les plus efficaces car il est l’un des rares antioxydants capables d’agir au cœur de toutes nos cellules y compris celles du cerveau.

Surtout, ce que les recherches du Pr Packer ont permis de comprendre, c’est que l’AAL joue un rôle essentiel dans la régénération de notre système de défense contre le stress oxydatif.

L’oxydation : accélérateur du processus de vieillissement et de l’apparition des maladies dégénératives

Votre corps tout entier, y compris votre ADN, subit l’agression quotidienne d’assaillants divers et variés issus de votre alimentation et de la pollution environnementale.

Ces assaillants sont les radicaux libres. Ils attaquent des milliers de fois par jour vos cellules, y compris celles de votre cerveau.

Pour lutter contre les radicaux libres, votre organisme s’appuie sur un réseau complexe d’antioxydants qui travaillent ensemble pour prévenir ou compenser les dommages oxydatifs que vous subissez.

Ces systèmes antioxydants ont la capacité d’empêcher les radicaux libres de se former. Ils permettent également de les supprimer ou de les maintenir à un niveau optimal pour qu’ils ne puissent pas endommager les composants vitaux de vos cellules.

Les vitamines E, C et le glutathion sont des éléments centraux de ces systèmes antioxydants.

La vitamine E est un antioxydant biologique puissant qui fonctionne pour stabiliser les radicaux libres hautement réactifs dans les tissus lipidiques et les membranes cellulaires (lipoprotéines).

Au cours du cycle de régénération du système antioxydant, la vitamine E est recyclée par la vitamine C, elle-même recyclée par le glutathion, un antioxydant intracellulaire primaire du corps.

En plus d’être un désactivateur de radicaux libres important, le glutathion joue également un rôle clé dans la protection contre la formation de la cataracte, l’amélioration de la fonction immunitaire, la prévention des dommages au foie, la prévention des cancers et l’élimination des métaux lourds.

Avec l’âge, on observe une baisse de la concentration, de la synthèse et du recyclage de ces antioxydants essentiels. Ainsi, votre système antioxydant s’affaiblit, ce qui porte gravement atteinte à la capacité de votre corps à lutter contre les radicaux libres qui prolifèrent et :

  • endommagent les organes et membranes cellulaires,
  • diminuent votre réponse immunitaire,
  • perturbent l’ADN,
  • facilitent la progression des cancers et autres maladies dégénératives liées au vieillissement.

Depuis les années 1980, la recherche sur l’oxydation s’est intensifiée et les scientifiques ont notamment cherché les moyens de maintenir voire d’augmenter notre potentiel de résistance au stress oxydatif.

Au cours de ces recherches, ils ont buté pendant longtemps sur la manière de régénérer le glutathion, élément clé du processus de régénération globale de notre système antioxydant.

Jusqu’à ce qu’ils identifient le chaînon manquant de ce processus : l’acide alpha lipoïque.

Acide alpha lipoïque : l’antioxydant « universel »

L’acide alpha lipoïque (AAL) est un acide soufré présent dans toutes les cellules du corps.

Bien qu’il soit produit naturellement au sein de notre organisme, il a fallu attendre les années 1950 pour que les chercheurs comprennent son rôle essentiel dans la production d’énergie au niveau cellulaire où il contribue au transport des électrons mitochondriaux.

Depuis les années 1960, le Pr Lester Packer, de l’Université de Berkeley en Californie, a étudié la façon dont les antioxydants comme les vitamines E, C et le glutathion interagissent dans le corps [1].

Le problème le plus complexe auquel il a dû faire face a été de trouver le moyen de stimuler suffisamment les niveaux de glutathion pour réussir à régénérer le système anti-radicalaire.

Si les niveaux de vitamines E et C peuvent être augmentés sans difficulté grâce à un régime ou une supplémentation nutritionnelle spécifique, le glutathion cellulaire n’est produit que dans le corps et une supplémentation orale se décompose dans l’estomac avant d’atteindre la circulation sanguine, ce qui en minimise fortement l’impact.

Ce problème a finalement été résolu lorsque le Pr. Packer et son équipe se sont tournés vers l’acide alpha lipoïque qui a révélé à cette occasion toute l’étendue de ses bénéfices.

L’AAL est tout d’abord un antioxydant puissant capable de neutraliser plusieurs variétés de radicaux libres parmi les plus toxiques comme l’oxygène singulet, l’hypochlorite et le peroxynitrique.

Mais il possède également la capacité unique d’augmenter les niveaux de glutathion intracellulaires et de régénérer les autres acteurs clés de notre système antioxydant : la vitamine E, la vitamine C et l’ubiquinol, la forme réduite du coenzyme Q10.

Ainsi, non seulement l’AAL est intrinsèquement un antioxydant puissant mais il a également la capacité unique de permettre la régénération des autres principaux éléments du système anti-radicalaire (vitamines E et C, coQ10).

De plus, l’acide alpha lipoïque a révélé qu’il est facilement absorbé par voie orale. Une fois à l’intérieur des cellules, il est rapidement converti en acide dihydrolipoïque, un neutralisateur de radicaux libres encore plus puissant.

Enfin l’AAL est appelé « l’antioxydant universel » car il est doté d’une propriété rare, celle d’être à la fois hydro et hyposoluble, ce qui lui confère la capacité de traverser les membranes cellulaires et d’agir à l’intérieur et à l’extérieur des structures cellulaires, y compris au niveau du cerveau.

Selon le Pr. Packer, l’acide alpha lipoïque est un antioxydant encore plus puissant que les vitamines C et E et son spectre d’action irait bien au-delà de son rôle de protecteur contre les radicaux libres.

Un spectre d’action qui irait bien au-delà de son rôle antioxydant

Les expériences les plus récentes suggèrent que l’acide alpha lipoïque peut avoir, en plus de son action antioxydante, une action décisive dans d’autres domaines. Ainsi il serait notamment :

  • un modificateur de l’expression génique permettant de réduire les phénomènes inflammatoires,
  • un chélateur des métaux lourds,
  • un activateur de la sensibilité à l’insuline,
  • un régénérateur de la fonction des lymphocytes T, ces globules blancs qui sont d’une importance capitale pour l’immunité adaptative, le système qui adapte la réponse immunitaire de l’organisme à des agents pathogènes spécifiques.

Cliniquement, un grand nombre de travaux ont montré l’efficacité de l’acide alpha lipoïque dans le traitement des neuropathies diabétiques.

Les chercheurs attribuent ses effets à sa puissance antioxydante qui améliore les lésions nerveuses. Une étude contre placebo impliquant 328 patients diabétiques a montré qu’un traitement administré par voie intraveineuse avec 600 mg d’acide alpha lipoïque améliorait efficacement les symptômes après seulement trois semaines de traitement [2].

Une autre expérience avec un traitement par voie orale pendant quatre à sept mois a montré que l’acide alpha lipoïque a tendance à améliorer la neuropathie cardiaque autonome. Il a également une influence positive sur les troubles de la microcirculation générés par le stress oxydant [3].

Par ailleurs, le fait que l’acide alpha lipoïque puisse facilement pénétrer dans le cerveau lui permettrait également d’être efficace dans la prévention de maladies neurodégénératives.

Dans une étude datant de 2007, 43 patients souffrant d’Alzheimer ont reçu quotidiennement et pendant quatre ans 600 mg d’acide alpha lipoïque en complément d’un traitement conventionnel. Les chercheurs ont alors observé que chez les sujets atteints de démence légère, le taux de développement de la maladie était beaucoup plus faible que dans d’autres études de longue durée [4].

Par la suite, d’autres études soutiennent l’intérêt clinique de l’acide alpha lipoïque comme traitement neuroprotecteur dans les premiers stades de la maladie d’Alzheimer [5].

Enfin, dans le domaine de la santé visuelle, une étude sur des patients avec un glaucome à angle ouvert montre qu’une supplémentation quotidienne pendant deux mois avec 75 mg d’acide alpha lipoïque ou pendant un mois avec 150 mg améliore leur état [6].

Comment augmenter vos capacités de défense contre le stress oxydatif

Vous pouvez augmenter vos capacités anti-radicalaires en privilégiant dans votre alimentation la consommation des fruits et des légumes qui sont une source indispensable pour faire le plein de ces vaillants protecteurs que sont notamment les vitamines C, E et les caroténoïdes.

Pour ce qui est de l’acide alpha lipoïque, votre corps en produit naturellement en quantités infimes et vous pouvez également trouver un apport complémentaire dans la viande rouge, les abats, en particulier le foie, certains légumes verts (épinards, brocolis) et la levure.

Toutefois, il faut nécessairement avoir recours à des suppléments nutritionnels d’acide alpha lipoïque à raison de 250 à 500 mg par jour lorsque vous visez l’augmentation de vos capacités anti-radicalaires ou pour un effet thérapeutique spécifique en complément de votre traitement conventionnel (ex : diabète, Alzheimer, glaucome).

Vous pouvez vous rendre ici pour vous procurer un produit vous permettant d’atteindre ce dosage recommandé : supplément d’acide alpha lipoïque (lien cliquable).

Portez-vous bien,

François Mercier


Publicités :

Pas vu à la TV : Retrouvez toute l’actualité de la santé naturelle, indépendante et sans concession grâce à Alternatif Bien-Être, journal de référence de la santé naturelle, à découvrir ici (lien cliquable).

Nutrithérapie : Savez-vous que le curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer ? Qu’il faut l’associer à de l’huile pour l’assimiler ? Découvrez Les Dossiers de Santé & Nutrition dans cette vidéo.

Secrets de jeunesse pour une vieillesse heureuse : La médecine anti-âge fait actuellement des progrès étonnants. Vous pouvez en bénéficier en suivant les conseils du Docteur Hertoghe, président de l’Association Mondiale de Médecine anti-âge. Rendez-vous ici.


Pour être sûr de bien recevoir la lettre Néo-nutrition sans qu’elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.


Sources :

[1] Packer L., The Antioxidant Miracle, 1999, ed. John Wiley & Sons

[2] Ziegler D. et al., Alpha-lipoic acid in the treatment of diabetic peripheral and cardiac autonomic neuropathy, Diabetes, Sep 1997, 46 Suppl 2: S62-6.

[3] Ziegler D., Thioctic acid for patient with symptomatic diabetic polyneuropathy: a critical review, Treat. Endocrinol., 2004, 3(3):173-89. New: Bansal V. et al., Diabetic neuropathy, Postgrad Med. J., 2006 Feb, 82 (964):95-100.

[4] Holmquist L. et al., Lipoic acid as a novel treatment for Alzheimer’s disease and related dementia, Pharmacol. Ther., Jan 2007, 113(1):154-64.

[5] Carlson D.A. et al., An evaluation of the stability and plasma pharmacokinetics of R-lipoic acid (RLA) and R-dihydrolipoic acid (R-DHLA) dosage forms in human plasma from healthy subjects, in Packer L., Mulchand S. Patel ed., Lipoic Acid: Energy Production, Antioxidant Activity and Health Effects, Taylor & Francis Publishers, London, England, 2008, 235-70.

[6] Filina A.A. et al., Lipoic acid as a mean of metabolic therapy of open-angle glaucoma, Vestn. Oftalmol., 1995 Oct, 111():6-8.


Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d’information gratuit de SNI Editions. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.com


Une réflexion sur « Acide alpha lipoïque : le chaînon manquant pour lutter contre le stress oxydatif »

Avez-vous trouvé ce que vous cherchez ? Partagez cet article SVP

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s