Noël : ce cocktail pourrait vous tuer


Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, rendez-vous ici.

Noël : ce cocktail pourrait vous tuer

Chère lectrice, cher lecteur,

De nombreuses personnes ont la dangereuse habitude de prendre une bonne dose de paracétamol après une soirée arrosée, pour limiter les effets de la gueule de bois le lendemain.

C’est une grave erreur. Ce cocktail pourrait vous tuer. Le paracétamol est métabolisé par le foie par le cytochrome CYP2E1, qui est le même canal que celui qui traite l’alcool. Il rend la molécule de paracétamol inactive en utilisant un puissant antioxydant produit par notre organisme : le glutathion.

Malheureusement, lorsque les réserves de glutathion s’épuisent, le paracétamol crée des lésions sur les membranes des cellules, qui se nécrosent.

Si cela se produit de manière trop importante, le foie peut être débordé. C’est ce que les médecins appellent « l’insuffisance hépatique aiguë », autrement dit la mort immédiate à moins d’une greffe de foie dans les plus brefs délais ! Le risque est encore plus grand si l’on souffre de maladies comme la cirrhose, l’hépatite C ou le VIH qui affaiblissent le foie.

Le paracétamol est contenu dans des médicaments comme le Dafalgan, le Doliprane, l’Efferalgan ainsi que dans des comprimés contre les états grippaux et les rhumes comme Fervex, Humex et Actifed.

Les effets sont visibles aux urgences des hôpitaux

Récemment, des médecins ont démontré que, sur 41 cas d’hépatites aiguës sévères causées par un surdosage de paracétamol (plus de 6 grammes par jour), 92 % concernaient des buveurs excessifs [1].

Une étude d’observation menée en Grande-Bretagne dans un service de transplantation du foie a montré que 66 % des patients avaient été admis à la suite d’une overdose de paracétamol. Les victimes étaient en moyenne plus âgées et consommaient plus d’alcool que le reste du panel.

Aux Etats-Unis, les overdoses de paracétamol envoient 55 000 à 80 000 personnes chaque année aux urgences, et en tuent 500, selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention) [2].

Depuis octobre 2013, la marque Tylenol, qui est la principale marque de paracétamol aux Etats-Unis, est obligée par les autorités d’ apposer une étiquette rouge sur ses emballages indiquant que les risques de ce médicament sont potentiellement mortels. (Notez en passant que les autorités ont néanmoins décidé de le maintenir en vente libre. Qu’en aurait-il été s’il s’agissait d’un produit naturel ??)

Paracétamol : bientôt dans les supermarchés en France

En France, le paracétamol se vend comme s’il s’agissait de bonbons pour les enfants. Il est le médicament le plus vendu, et représente à lui seul la moitié des ventes en nombre de boîtes. La pénurie de médecins et le déremboursement de nombreux soins poussent de plus en plus de personnes à l’automédication, ce qui se reflète dans l’extraordinaire essor des médicaments non remboursés dont le marché pèse 2,2 milliards d’euros par an.

Mais comme si ça ne suffisait pas, l’Autorité de la concurrence s’est prononcée jeudi 19 décembre 2013 en faveur de la vente du paracétamol en supermarché.

Le problème est que chaque boîte contient une dose létale de paracétamol, et que nous pouvons facilement atteindre l’overdose sans en avoir conscience.

Le danger est d’autant plus grand que, sur Internet, de nombreux sites de santé conseillent le paracétamol à forte dose. Sur le site Euréka Santé, où des centaines de milliers de personnes viennent chercher des avis médicaux, on peut lire :

« Chez l’adulte, la dose recommandée en l’absence d’avis médical est de 1 gramme par prise, trois fois par jour, soit une dose maximale de 3 grammes par jour. À des doses plus élevées, le paracétamol peut s’avérer toxique pour le foie et provoquer des hépatites aiguës. »

Or, les accidents peuvent survenir dès 4 grammes de paracétamol par jour : il suffit donc qu’une personne prenne, sur une journée, un comprimé de trop par rapport aux conseils d’Euréka Santé et elle entre dans la zone de tous les dangers. (la suite ci-dessous)

Annonce spéciale

 


 

N’ayez pas le foie gras !

Un demi million de personnes en France sont concernées par les maladies du foie et plus particulièrement les hépatites B et C. Non traitées, elles peuvent provoquer le syndrome dit du « foie gras », c’est-à-dire que votre foie devient comme celui des canards et des oies que l’on gave de maïs avant Noël.

Le paracétamol est alors particulièrement toxique comme l’explique Thierry Souccar dans son numéro du mois de décembre des Dossiers de Santé & Nutrition sur les hépatites. Il vous donne toutes les pistes pour détecter et traiter les hépatites avec des remèdes naturels.

Pour recevoir gratuitement votre numéro du mois de décembre, abonnez-vous à l’essai aux Dossiers de Santé & Nutrition. Je vous enverrai votre numéro, en plus de vos autres cadeaux de bienvenue. Rendez-vous ici pour en savoir plus (lien cliquable).


Suite de la lettre de ce jour :

Remèdes naturels contre la gueule de bois

De toute façon, vous n’avez pas besoin de prendre du paracétamol les lendemains de fêtes.

Le premier remède naturel contre la gueule de bois est évidemment de ne pas faire d’excès d’alcool mais vous n’aviez pas besoin de moi pour le savoir.

Alors voici quelques conseils simples et pratiques :

  • Evitez les mélanges et préférez les alcools blancs (gin, vodka) aux alcools sombres. Les alcools blancs rendent moins malade, c’est prouvé [3].
  • Les sensations désagréables que l’on éprouve après avoir trop bu (sommeil agité, mal de crâne, manque d’énergie) sont causées par la déshydratation. Boire de l’alcool vous met artificiellement dans un état de déshydratation, et le meilleur moyen de l’éviter est de boire beaucoup d’eau avant, pendant et après le repas. Evitez aussi, lors des soirées bien arrosées, les aliments et boissons ayant un effet diurétique, c’est-à-dire donnant envie d’uriner (asperges, etc.).
  • N’oubliez pas que faire la fête ne consiste pas uniquement à manger le derrière calé sur une chaise. Organisez des sketches, des jeux entre les plats, levez-vous pour faire un discours, le service, dansez ! Tous les mouvements que vous ferez réduiront les effets néfastes des excès de nourriture et d’alcool.

 

Après coup

Si vous avez malgré tout la gueule de bois le lendemain, buvez au moins 2 litres d’eau. Cela peut être sous forme de tisanes, de soupes ou de bouillons.

Vous pouvez en particulier vous faire des tisanes de citron ou de romarin. Le citron est efficace pour faire passer les nausées, le romarin est un tonique qui stimule le foie et aide à la digestion. Vous pouvez aussi essayer le gingembre râpé dans votre tisane si vous en avez sous la main. Le gingembre est un des produits les plus puissants pour supprimer la nausée.

Si vous aimez les huiles essentielles, mélangez 1 goutte d’essence de citron + 1 goutte d’Huile Essentielle de menthe + 1 goutte d’HE d’estragon + 1 goutte d’HE de camomille, posez le mélange sur une petite cuillère de miel et avalez 3 fois dans la journée.

Si vous avez mal à la tête, n’oubliez pas que l’huile essentielle de menthe poivrée et de gaulthérie odorante sont efficaces : appliquez une goutte de chaque sur vos tempes et massez doucement. Faites très attention à ne pas vous en mettre dans les yeux.

Profitez d’un jour férié pour sortir au grand air vous promener, si vous n’avez pas la chance de pouvoir faire du ski.

A noter enfin que boire un verre d’huile avant de se saouler, comme le recommandaient mes camarades au lycée, ne marche pas.

Joyeux Noël !

Jean-Marc Dupuis
Retrouvez mes meilleures chroniques dans L’ Intégrale Santé Naturelle (J.-M. Dupuis, 2013, SNI éditions, 384 p.) disponible ici (lien cliquable). Tous mes droits d’auteur seront reversés à l’ Institut pour la Protection de la Santé Naturelle, association sans but lucratif qui défend le droit de chacun de se soigner autrement. Acheter mon livre est aussi un moyen de soutenir leur généreux combat.

******************************
Publicités :

Attention danger : Vous avez au moins 3 chances sur 5 de mourir d’une « maladie du mode de vie » liée à l’alimentation, au manque d’activité ou au tabagisme. C’est le constat alarmant d’une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Mais vous avez aussi 80% de chances d’éviter ces maladies voire de les guérir en adoptant certains réflexes simples et peut-être inconnus de votre médecin. Découvrez-les sans attendre dans cette vidéo.

Résistance : Libérez-vous des lobbies agro-alimentaires et pharmaceutiques grâce à Alternatif Bien-Être, le journal de référence de la santé naturelle, à découvrir dans cette vidéo (lien cliquable).

Découverte : Il aura fallu trois générations de médecins – chercheurs pour que ces traitements révolutionnaires vous soient enfin accessibles. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

******************************

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir la lettre Santé Nature Innovation sans qu’elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

******************************

Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.

******************************

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n’hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction « transférer ce message » dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l’un des réseaux sociaux suivants :

Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Pinterest Partagez sur Google + Partagez sur LinkedIn

******************************

Sources :

[1] Paracétamol et alcool : un cocktail à éviter.

[2] Tylenol’s unusual new warning after deaths

[3] Rohsenow DJ, Howland J, Arnedt JT, Almeida AB, Greece J, Minsky S, Kempler CS, Sales S. Intoxication with bourbon versus vodka: effects on hangover, sleep, and next-day neurocognitive performance in young adults. Alcohol Clin Exp Res. 2010 Mar 1;34(3):509-18. Epub 2009 Dec 17. PubMed PMID: 20028364.

******************************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie

Santé Nature Innovation est un service d’information gratuit de NPSN Santé SARL, rue Faucigny 5, 1700 Fribourg. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.com

******************************

Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d’information gratuite sur la santé naturelle, rendez-vous sur notre page de désinscription.

Une réflexion sur « Noël : ce cocktail pourrait vous tuer »

Avez-vous trouvé ce que vous cherchez ? Partagez cet article SVP

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s